Pays partenaires :

accueil site > Archives > Livre d’or des formations Comenius - Grundtvig > 21-24 Octobre 2011. Livre d’or du cours de formation Les langages du bleu. (...)

21-24 Octobre 2011. Livre d’or du cours de formation Les langages du bleu. Lisbonne. PT
mardi 8 novembre 2011
Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans ce tumulte contemporain n’y a-t-il pas encore des occasions de réfléchir sur un thème artistique qui nous unit et souligne nos différences ?
Le programme Grundtvig, dédié à l’apprentissage tout au long de la vie, est une occasion d’accéder aux formations proposées par l’Association française Paysage et Patrimoine sans frontière, dirigées par Aline Rutily. Un tel programme à Lisbonne a la qualité de nous faire réfléchir sur les langages du bleu à travers les différents pays européens.

Nous, les Roumains, avons pu faire découvrir les bleus présents dans notre culture : le bleu des fresques de Voronet, La fleur bleue, du poète Eminescu, mais également les textes de Nichita Stănescu ou de Bacovia ; nous avons également évoqué les fenêtres de Jurilovca peintes en bleu par les pêcheurs Lippovans de Dobrouja. Dès le commencement du cours, Aline Rutily nous a présenté l’histoire fascinante de la couleur bleue en Europe, à partir des sonorités des mots pour dire cette couleur dans les langues maternelles des apprenants…

Dans le site http://www.intercultural-carpet-blue.eu

Des mots roumains comme albastrui, albastreala, azuriu, albastru, peruzea, albastru viorea, albastru marin, bleu, bleumarin, albastru… Françoise Utrel, artiste française, a apporté sa contribution : aconit, agapanthe, bleuet, bugle, camassia, céanothe, dentelaire, iris d’Alger, jacynthe des bois, lavande, lin, méconopsis, muscari, myosostis, népéta, pérovskia, pervenche, plumbago, pulmonaire, scille, solanum, vitex …

JPEG JPEG JPEG

- Le chemin du bleu à Lisbonne

Réunis à Lisbonne avec le désir de découvrir l’évolution de cette couleur devenue aujourd’hui un symbole européen, nous avons été éblouis par ce monde teinté du bleu des azulejos, qui s’illustre à travers les céramiques murales des musées, couvents, palais et églises, dans les épopées historiques, les fables et contes, les scènes mythologiques ou agrestes, les jardins couverts d’azulejos.

JPEG JPEG JPEG

Nos carnets, peintures, photographies et textes témoignent de la richesse de ce chemin bleu que nous avons tracé entre nous, à travers échanges et dialogues, conférences, ateliers, visites pilotées par les formateurs, le portugais Jaime Calado et les français Aline Rutily et Patrick Picollier.

- Le bleu portugais se chante à Lisbonne,

à travers le fado, ce chant rendu célèbre par Amalia Rodriguez et Madre Deus ; nostalgie "bleue" de ce chant, mais également joie de chanter, de communiquer dans une chaleur humaine transmise par les artistes au public. À l’ Esquina de l’Alfama, où nous avons applaudi Maria Grazia, Ricardo et Yvonne, tout le monde chantait : garçons, cuisiniers, public…

JPEG JPEG JPEG

Le bleu de Lisbonne est devenu pour nous une nouvelle valeur européenne. Apprendre, en partageant, à vivre avec ses expériences passées en les croisant avec l’apprentissage de la culture des autres, signifie être européen.


Georgeta Adam, Journaliste, Roumanie.
Voir l’article de Georgeta Adam en roumain dans Romaniapress.ro

Commentaires
    Il n'y a pas de commentaires.

Modération du forum

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)