Pays partenaires :

accueil site > Partenariats Erasmus+ > Les chemins du bleu en Europe > Routes du Bleu en Europe ... > Le chemin du bleu à San Quirico d’Orcia, IT

Le chemin du bleu à San Quirico d’Orcia, IT
jeudi 7 avril 2016
Version imprimable de cet article Version imprimable

JPEGSan Quirico est un enfant de la route. Le village est placé le long de la via Francigena, l’ancienne voie de communication entre le nord de l’Europe et Rome, capitale de la chrétienté. C’est pour cela que San Quirico, contrairement aux autres bourgs médiévaux, s’est développé à travers les âges avec un dynamisme qui ne peut être expliqué qu’avec la présence de cette importante route.

Le dix-huitième siècle fut une période de vraie splendeur. La ville, transmise en fief à la famille Chigi par les Médicis, après la chute de la République de Sienne, a vu le passage de nombreuses personnalités importantes, hommes politiques et religieux, princes et papes.

JPEG - 666 ko

À San Quirico d’Orcia, une fabrique de céramique, la Chigi, a été témoin, au XVIIIe siècle, de la présence d’importants artistes qui utilisaient souvent le bleu, comme en témoignent les pots de pharmacie, les sculptures de madones, l’art culinaire et celui des carreaux. À cette époque, le cardinal Flavio Chigi fonda et finança la fabrique de poterie de Fonte alla Vena, à l’entrée sud du village, à l’extérieur de la Porta Romana, détruite pendant la Seconde Guerre mondiale.

JPEG - 479.7 ko

Mais la tradition de la céramique était déjà présente à San Quirico car, dans son carnet de voyage, Michele de Montaigne, séjournant à San Quirico du 24 au 26 septembre 1581, décrivait le village, les eaux thermales de Bagno Vignoni et écrivait : Considérant la propreté de ces faïences qui, ressemblant à de la porcelaine, sont blanches, nettes et tellement bon marché, qu’elles me paraissent vraiment plus appropriées aux repas que les terres bourbeuses de France, aussi laides que dans les tavernes. "

Ainsi, dès le XVIe siècle, la poterie était produite à Val d’Orcia. Le territoire est, en outre, argileux. La matière y a été extraite et transporté dans les salles du four. La préparation et la décoration du bâtiment ont été effectuées principalement à la main. Le peintre était la personne qui jouait le rôle le plus important et était en contact direct avec le propriétaire et le directeur de l’usine, pour répondre à leurs demandes.

La manufacture dont nous parlons n’est pas grande et reste facilement identifiable aujourd’hui, située près d’une fontaine monumentale.

JPEG - 722.4 ko

Des travaux de décors peints ont également été effectués ici, car la présence de "coloristes" a fait couler beaucoup d’encre. Beaucoup d’entre eux étaient les travailleurs employés dans la production des vases, comme le montrent les documents d’archives. Par conséquent, la vaseria a également favorisé l’économie locale.
À l’usine de Chigi, il y avait d’importants peintres tels que Bartolomeo Terchi, Ferdinando Maria Campani et Giacomo Lupacci, un peintre de vases qui avait acheté à l’illustre Signor Marchese, à Sienne, une série de couleurs comprenant le safran et un bleu de cobalt, que l’on retrouve souvent dans la céramique de San Quirico.
À Fonte alla Vena, travaillait également un artiste comme Francesco Antonio Piergentili, qui vivait dans une maison située à Fonte alla Vena.

C’est probablement Stefano Grogio, de Gênes, qui a importé de sa ville le style des splendides céramiques blanches et bleues.

La manufacture de San Quirico, considérée comme l’une des manufactures les plus originales et artistiques des années 1700, commença à s’élargir après 1717 avec l’arrivée de Bartolomeo Terchi, un artiste de renom.
Mais le dernier des céramistes qui travaillaient à Fonte alla Vena était Ferdinando Maria Campani, qui méritait le titre "Raphael della maiolica" de ses contemporains. Parmi les couleurs utilisées, le safran a été demandé par Livourne car il n’était pas trouvé à Sienne. La zaffera moulue a servi à obtenir une bonne couleur "turquoise". Il était difficile de trouver le safran, qui souvent n’était même pas produit à Livourne, et devait même venir de Venise.
Les travaux de décoration de Fonte alla Vena à San Quirico durèrent tout au long des années 1700 et, à la fin du siècle, la manufacture cessa son activité.

Ugo Sani, Fondazione Alessandro Tagliolini, San Quirico d’Orcia, Italie

Commentaires
    Il n'y a pas de commentaires.

Modération du forum

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)