Pays partenaires :

accueil site > Mobilités Erasmus+ > Un nouvel Erasmus+ : Le bleu européen comme étendard contre l’exclusion des (...) > Mobilités : cours, programmes, évaluation et témoignages > Témoignages > Retours d’expérience des participants

Retours d’expérience des participants
samedi 5 mai 2018
Version imprimable de cet article Version imprimable

Les témoignages des participants sont tous extrêmement positifs. Ils se montrent très satisfaits de l’accueil, de la qualité d’activités offrant une large part aux pratiques d’atelier et à l’expérimentation, de contacts privilégiés avec les professeurs et leurs élèves adultes. Ils se sentent mieux armés, mieux motivés pour partager ces méthodes, développer des synergies nouvelles entre eux et avec leurs apprenants.
Quelques-uns de leurs témoignages

Cette formation a été très riche en échanges avec les autres formateurs, j’ai pu enrichir mon domaine de compétences, élargir mes connaissances sur la couleur bleue, acquérir des outils pédagogiques à mettre à profit auprès de mes apprenants. J’ai apprécié l’accueil et le professionnalisme de nos partenaires au Luxembourg et souhaite ardemment participer à un futur réseau pédagogique et culturel de la couleur bleue pour l’inclusion sociale des adultes.
Christine Adam

Visites, riches échanges d’expériences entre participants, pratiques artistiques et créatives, cours… Différentes parcours le long des jardins oubliés de Venise. Plusieurs visites du Jardin Botanique de l’université de Padova, en groupe ou accompagnés par Barbara, directrice et professeur de biologie, avec une approche historique, scientifique et très pédagogique des lieux. J’apprécie
- les pratiques artistiques accessibles autour de la photographie, l’écriture poétique, les arts graphiques et numériques,
- la mise en place d’un carnet bleu et d’un herbier avec photos et textes, l’ écriture de haïkus, la réalisation de dessins à l’aquarelle…
Avec toujours l’objectif de favoriser les échanges, encourager, faciliter la communication orale et écrite…
_Pascale Cayré

Observer les bleus des jardins et des azulejos espagnols, mettre des mots ou de courtes phrases sur ces observations, les accompagner de dessins ou de photographie, m’immerger dans ce bain de couleurs…
Concevoir en parallèle, en collaboration avec les partenaires, des activités de formation à la conception de jardin au Carmen de la Victoria pour une formation entre « pairs »
Conclure ensemble que ce travail, que nous avons mené pour nous, serait un excellent exercice pour faire évoluer les compétences-clefs de nos apprenants dans le domaine des mathématiques, des sciences, de la technologie et du numérique
. _Nathalie Chancel

Apprentissage de l’histoire et de l’histoire de l’art à travers la manipulation d ‘outils de découverte…
Écriture et création d’images au moyen d’outils pédagogiques créatifs.
Découverte d’outils pédagogiques permettant d’aller au delà de l’histoire vers une transdisciplinarité : sciences, arts plastiques (pastel photos, collages) écriture (réécriture à partir de textes).
Mise en pratique d’outils d’évaluation et d’appréciation d’activités et d’ateliers.
_ _ Claire Grousset

C’est une démarche qui permet de ressentir sans faire appel aux savoirs. Un détail qui accroche le regard, sans fixer l’attention. Ce procédé nous a permis de valoriser non pas nos savoirs, mais nos perceptions de la couleur, de mettre des mots sur nos sensations et ainsi de produire, sans compétences préalables, un inventaire poétique, en mots puis en photographies. Cette formation a été très riche en échanges avec les autres formateurs, j’ai pu élargir mon domaine de compétences professionnelles, travailler en transversalité d’apprentissages, expérimenter et créer des fiches pédagogiques que je voudrais exploiter auprès de mes apprenants. _ Naïma Halim-Josse

J’ai été intéressé, en tant que professeur de sciences, par les potentialités du projet de motiver les apprentissages des compétences clés et transversales de nos apprenants dans les domaines des sciences, dans un contexte environnemental et culturel, mais aussi de la communication orale et écrite, de l’apprentissage de l’outil informatique, et de celui de la culture humaniste. L’exploration de la couleur par une approche « sensible » permet de faire correspondre un répertoire de mots, de couleurs et de sensations, point de départ d’ateliers d’écriture et d’échanges très dynamiques.
Jean-Michel Josse

Ce que je retiens du cours :
- Les liens créés entre écriture et image .
- La pratique décomplexée de la parole et de l’écriture, en passant par l’immersion (le punctum).
- La création de Haikus peints : un travail sur le champ lexical, sur un genre normé, mais aussi l’ouverture à de nouvelles synesthésies grâce à l’écriture in situ.
- les échanges d ‘expériences et de pratiques pédagogiques autour du jardin de Padova et de ses bleus. Parler de nos approches, les comparer, faire du sens et du partage. Croisement des regards, des lectures et des écritures.
- Faire parler le bleu de la chapelle des Scrovegni à Padova : mettre en regard nos approches.
- Construire des liens avec les structures italiennes et comprendre la place du bleu in situ
.
Alexandra Koszelyk

Transversalité des apprentissages dans les ateliers de conception de jardin dans le magnétique Carmen de la Victoria avec, sous les yeux, l’Alhambra lui –même ! Avec nos partenaires, des outils interactifs pour faciliter notre compréhension de la nature mais aussi pour nous interroger, nous demander comment vivre avec elle et comment la protéger. L’activité qui se déroule n’est pas statique, l’équipe est en mouvement. On devient acteur, on découvre un lieu, on se l’approprie. Comment réinvestir ce travail à notre retour au pays ? On vit une situation où s’articule les langages mathématiques, scientifiques, littéraires et poétiques et où l’expérience théorique devient pratique et concrète, un atout pour l’exploitation future avec nos apprenants adultes !
Annick Le Caro

Il n’y a que des points forts ! Ce cours a permis de faire le point sur mes compétences professionnelles validées grâce aux diversités des concepts et des outils mis à disposition durant cette semaine. Les activités nous ont permis de multiplier nos relations, en particulier avec les intervenants de l’Institut des itinéraires culturels du Conseil de l’Europe et de les renforcer. La barrière de la langue n’a pas été un obstacle dans le partage des activités communes avec les professeurs et les jeunes adultes de l’ENAD et a même apporté un enrichissement linguistique. Nous avons pu proposer à l’expérimentation "entre pairs" et avec des apprenants la fiche pédagogique "Petite fabrique de littérature . Haïkus et centons" dans laquelle je suis intervenue pour des activités d’arts plastiques et littéraires, et inviter les élèves à réaliser des carnets virtuels en ligne sur le site web du projet.
Marie-Claude Le Vaillant

Durant cette formation il m’a été possible de réfléchir à ma propre pratique, de trouver des outils pour faciliter le développement de compétences liées à la maîtrise de la langue, à l’amélioration du geste graphique, à la communication orale. J’ai découvert la couleur bleue dans le jardin du Carmen de la Victoria, comme vecteur de développement de compétences-clés, favorable à l’épanouissement des jeunes adultes, spécialement les plus démunis.
Nathalie Magret

Apprentissage du Jardin Botanique de l’université de Padoue, de ses ressources, de son histoire, de son organisation avec mise en pratique photographique dans le but de participer au carnet bleu en ligne et réflexions sur la richesse patrimoniale d’un tel espace et l’exploitation qui peut être faite pour l’appropriation de la connaissance avec des adultes en difficulté.
Visite de la chapelle Giotto : miser sur l’émerveillement face à une œuvre patrimoniale pour aiguiser l’envie d’apprendre, d’élargir ses connaissances
Echanges d’expériences sur l’éducation des adultes à partir de la thématique du bleu.
Ateliers de création en plein air d’haikus et d’esquisses sur le thème du bleu.
Echanges sur l’intérêt de passer par le vecteur de la création pour extérioriser, s’exprimer, passer outre ses potentielles difficultés…

Virginie Meuly

Une expérience transculturelle de qualité (qui sera réinvestie avec de jeunes adultes) entre un programme sur les chemins du bleu et ceux des jardins.
Des visites le long des ruelles vénitiennes, dans le jardin botanique de Padova, où se sont mêlées approches historiques, linguistiques, artistiques et pédagogiques.
Une approche du bleu dans la chapelle des Scrovegni à travers des écrits sur le sujet « haikus » et un atelier d’aquarelle.
La mise en place finale d’un carnet bleu et d’un herbier en ligne avec photos et textes.
De nombreux échanges entre participants avec un bilan de fin de mobilité : art, monument , jardin, bleu comme vecteur culturel
.
Alain Quagliarini

C’est la première fois que je participe à un cours de formation professionnelle dans le cadre d’un projet de mobilité Erasmus+.
Les activités de découverte du bleu dans les jardins hispano-musulmans ont été centrées sur l’exploration sensorielle et la capacité à s’exprimer.
Des compétences à développer chez nos apprenants : libérer la parole, développer la confiance en eux et la motivation nécessaires pour répondre au marché du travail

Jocelyne Rolley

L’échange, l’expérimentation, la mutualisation, la synthèse “entre pairs”, m’ont permis de découvrir une nouvelle approche de la couleur bleue, favorable au développement de toutes pour nos apprenants les plus démunis. La réalisation de projets personnels de conception de jardins s’est appuyée sur des plans légendés, des croquis, des échelles, des palettes végétales, qui ont mobilisé tous nos saviors et savoir-faire .
Blandine Rhoné

La mobilité a contribué à créer, dès le départ, le climat d’amitié et de confiance essentiel à la création de véritables liens au sein de notre équipe. Nous nous sommes trouvés enrichis des différences d’approches de la couleur bleue, dans une transversalité très fructueuse : nous nous sommes tous sentis capables de nous livrer, sans complexe, à des approches artistiques et subjectives de la couleur, avons éprouvé des émotions, rédigé des poèmes. C’est important de vivre cette expérience pour pouvoir l’exploiter ensuite, avec nos apprenants.
Aline Rutily

Le futur de l’éducation des adultes est bien cela : de bonnes pratiques à partager pour le bien des apprenants, afin qu’ils puissent, par la culture, développer les savoirs et savoir-faire, le civisme et l’esprit de collaboration qui construit l’Europe.
Jean Soulier

Notes sur le cours structuré à Faro.
Découverte de stratégies pédagogiques transdisciplinaires permettant de travailler l’histoire en lien avec les autres matières : arts plastiques via la pratique de la photo, géographie par l’appréhension de lieux et de leur construction, sciences en lien avec le travail de la couleur…
Des visites de terrain qui tracent, à travers le Palais d’Estoi, l’église d’Almancil, les paysages marins de la Ria Formosa, un chemin bleu qui rejoint le nôtre, en France
. _ Philippe Soulier

L’enseignement que je pratique est l’approche de la couleur dans un projet de réinsertion sociale. Le public cible est souvent en grande précarité et en situation d’illettrisme. L’approche de la couleur bleue a été une façon de reprendre les savoirs de bases, c’est à dire lire, écrire et compter. Les activités menées à Faro ont été un bon terrain pour aborder la transmission de ces savoirs fondamentaux, à travers des activités qui m’ont permis d’approfondir et expérimenter un grand nombre d’outils pédagogiques et didactiques. J’ai pu échanger avec d’autres formateurs, enrichir mon domaine de compétences grâce aux leurs, et prendre conscience de l’innovation de la stratégie du cours : utiliser la couleur comme vecteur pour renforcer et créer des compétences professionnelles nouvelles, qui permettront de faire évoluer nos propositions d’ateliers de formation pour des publics cibles fragiles.
Hélène Tallec

L’introduction de la couleur comme fil conducteur thématique des apprentissages permet, nous l’avons vu avec les jeunes adultes de l’Ecole Nationale des Adultes du Luxembourg, d’améliorer les résultats des apprenants qui ont très bien travaillé en équipe, même lorsqu’il s’agit d’un public d’élèves décrocheurs. Ce projet conduit mieux et plus loin, à travers la transversalité des apprentissages et leur articulation avec les arts : peinture, sculpture, musique, architecture ou même cinéma ! Nous avons pu constater l’intérêt de travailler manuellement, dans une situation où l’imaginaire, l’émerveillement, les effets de surprise sont des leviers importants pour la libération de la parole et la restauration de la confiance en soi.
Dominique Watrin

Commentaires
    Il n'y a pas de commentaires.

Modération du forum

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)