Pays partenaires :

accueil site > Archives > International > GRUNDTVIG > Langages du végétal en Europe > Histoires de végétal > Les plantes miraculeuses dans la mythologie roumaine

Les plantes miraculeuses dans la mythologie roumaine
dimanche 24 août 2014
Version imprimable de cet article Version imprimable

L’un des moyens d’accéder à un « code divin initiatique » est de posséder des plantes miraculeuses, comme l’herbe de la résurrection , ou l’herbe des fauves qui permet de comprendre la langue de toutes les bêtes, des oiseaux et des fleurs. L’une de ces plantes miraculeuses serait la fougère, ou encore la belladone qui donne accès à une élévation de l’esprit.

JPEG - 81.1 ko

Le prunier A l’approche des Pâques, la confession chrétienne peut être faite à un arbre, généralement à un prunier. Cet arbre a une signification magique, étant impliqué dans des rites de passage vers l’immortalité. Jadis, il était l’arbre de Noël roumain, sous la forme d’une branche ornée, située sous l’icône. De nos jours, il y a des régions qui l’utilisent comme l’arbre de l’enterrement , sous la forme d’une branche sur laquelle on accroche les aumônes. Le rituel de la confession liée au prunier vient de la croyance selon laquelle les arbres possèdent une âme. Dans la conception traditionnelle, la confession faite dans l’église nature (L. Blaga) a la même valeur purificatrice de l’esprit que celle pratiquée à l’église.

Par ce vieux rituel roumain, l’homme qui n’a pas la possibilité de se confesser dans l’église, par exemple un berger loin de sa maison, peut s’intégrer à ce moment sacré pour l’ensemble de sa communauté.

JPEG - 75.2 ko

Les caille-lait jaunes sont des plantes qui fleurissent à l’aube de la fête Drăgaica, nom populaire de la fête religieuse de la Saint-Jean-Baptiste, essentiellement agraire, populaire et à caractère ludique. La croyance populaire considère que ces plantes ont des propriétés magiques. Les jeunes gens s’en font des couronnes, avec lesquelles ils prédisent leurs destins par des pratiques divinatoires.

Les couronnes des jeunes garçons sont tressées en forme de croix, tandis que celles des filles sont rondes, comme le soleil et le cercle magique. Les jeunes filles utilisent également les caille-lait jaunes pour orner leurs chevelures, leurs corsages ; elles en entourent leurs tailles et les placent sous leurs chevets pendant la nuit, pour « rêver » leur destinée.

Pendant la fête roumaine Drăgaica, fête des dieux de la végétation, chaque groupe désigne une « dirigeante » qui porte un drapeau, signe magique dans ce rite symbolique de passage de la vie quotidienne au rituel. L’une des composantes importantes de ce rite est la guérison rituelle à travers les plantes dont les vertus magiques protègent contre le mal.

JPEG - 87.9 ko

Le Noisetier Parmi les arbres bienfaisants, répondant à certaines fonctions magico - mythologiques, le plus important est le noisetier. Ses verges possèdent des qualités miraculeuses : elles détectent les trésors malhonnêtes, éliminent les ennemis et les démons. Avec les verges du noisetier, on frappe trois fois les créatures ou les objets pour les ensorceler ou les désensorceler.

Ainsi chaque plante, si infime, modeste ou peu utile qu’elle puisse paraître, a un rôle important à jouer dans le vaste théâtre de la mythologie populaire.


L’équipe Grundtvig de L’Inspection Scolaire de Bacău, Roumanie. Traduction en français : Georgeta Marinescu