Pays partenaires :

accueil site > Partenariats Erasmus+ > Les chemins du bleu en Europe > Histoires Bleues > Le fleuve Pô

Le fleuve Pô
jeudi 15 septembre 2016
Version imprimable de cet article Version imprimable

JPEGIl y a un paysage en Italie que les étrangers ignorent et que peu de personnes parmi les Italiens connaissent et aiment. C’est le paysage fluvial qui a un charme aussi esthétique, une âme fugitive et immanente, qui forge la vie des gens qui l’habitent.

Winckelmann, Goethe, Stendhal, Dickens, Petrarca aussi, qui aimèrent l’Italie et la traversèrent en long et en large, sont restés loin des rives du Pô.
Et on peut comprendre pourquoi les anciens voyageurs évitaient le Pô :.. "Tout était bois et plaine, fiévreux plan stagnant. Les eaux non réglées envasaient les terres dans les automnes gris. Le Pô, non contraint par les levées, renversait tous les printemps la plénitude des eaux troubles et mousseuses dans les bois hauts et solitaires ". Tout ça avant la mise en œuvre de grandes œuvres d’endiguement et de canalisation réalisées par plusieurs générations de "scariolanti et terrazzieri » et culminées dans la première moitié du XIXe siècle.
Pour découvrir le Pô et son environnement on a dû attendre que son lit, en se resserrant, le rende accessible et que le concept même de beauté évolue : une beauté non exprimée de façon spectaculaire, mais discrète, presque secrète, perceptible à travers des sensibilités particulières et pas toujours compréhensibles par qui est étranger à l’environnement.
Alors finalement les conditions de sa découverte et de sa mise en valeur ont mûri. Écrivains, peintres, cinéastes : le Pô a enfin trouvé qui a pu lui donner une voix, en cherchant à révéler ses énigmes et ses mystères.
Mais sa réhabilitation littéraire et historique, une façon plus confidentielle de l’approcher, n’a pas abattu certaines barrières mentales qui conseillent de le tenir à une distance respecteuse. Ainsi encore aujourd’hui, le Pô a maintenu des aspects aliénants, une ambiguïté à entrer en relation avec l’homme dans une alternance d’attraction et rejet qui est peut-être propre à l’eau. Le Pô conserve cette magique capacité de suggestionner, de solliciter des réflexions et un imaginaire fantaisiste.

Le Pô a beaucoup d’histoires à raconter et de dictons populaires :

"Passavit iam merla Padum, sua vita soravit"
La merlette a franchi le Pô, elle a exhalé son âme
“A Sant’Ana l’aua l’angana”
À Sant’Anna l’eau trompe. Le 26 Juillet, l’eau du Pô est dangereuse ; le Pô est un traître
“ A San Baltramé l’aua l’è bun’a da lavasi i pe’”
À San Bartolomeo l’eau est bonne pour se laver ses pieds. Au 23 Août, le niveau de l’eau est minime, juste pour se laver ses pieds

“Fa credi che ’l Po va’ nsu”
Faire croire que le Pô coule vers le haut
“Sbatasi ’nt’ al Po e truvalu süc”
Se jeter dans le Pô et le trouver sec. On comprend beaucoup de choses sur l’existence des pauvres gens qui vivaient sur la rivière, comme si le destin se moquait même dans la tragédie.
Pasà ’l Po caval d’na büsca”
Traverser le Pô à cheval sur une branche : accomplir une action très risquée.
“Al Po al va ’nte’ cal vo’”
Le Pô va où il veut. Et il n’y a pas moyen de l’arrêter
“Bevi Po e Tani”
Boire l’eau du Pô et du Tanaro ; boire de façon démesurée.

Pour terminer, une formule magique, une ancienne fonction propitiatoire qui met l’accent sur la relation animiste et magique du grand fleuve. :
Avant d’approcher ses lèvres à l’eau pour éviter les maladies, récitez :
“Acqua corrente beve il serpente, la beve Dio e la bevo anch’io”

Naire Boniburini, Università Popolare La Sorgiva, Montecchio Emilia IT

Commentaires
    Il n'y a pas de commentaires.

Modération du forum

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)