Pays partenaires :

accueil site > Partenariats Erasmus+ > Rencontres internationales > Montecchio-Emilia, 28 avril 2016. Discours d’accueil des participants.

Montecchio-Emilia, 28 avril 2016. Discours d’accueil des participants.
jeudi 28 avril 2016
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le moment tant attendu (et un peu redouté) de cette deuxième rencontre transnationale du projet Erasmus + « les chemins du bleu » en Europe est arrivé. Transversalités des apprentissages et transculturalité des langages.

Nous souhaitons donc officiellement la bienvenue aux structures invitées.

Huit structures provenant de cinq pays différents engagées dans l’éducation des adultes mais également des scolaires, réunies avec la volonté commune d’élaborer et d’échanger des pratiques et des expériences éducatives en partant de l’apprentissage transversale de la couleur bleue comme étant une action culturelle et sociale européenne, dont les langages s’articulent de façons différentes dans les divers pays et selon les cultures respectives.

Objectif final : construire un carnet collectif de « routes du bleu » qui tracera un itinéraire européen de la couleur bleu entre les partenaires.

Stratégies et objectifs intermédiaires : impliquer les apprenants dans des activités motivantes, créatives et valorisantes au moyen de cours, de conférences, de visites, de laboratoires de recherche, d’écriture, de photographie, d’informatique, en faisant participer des écoles, le département aux politiques sociales et de l’égalité des chances et d’autres associations culturelles de la commune.

En bref, il s’agit de créer un grand intérêt axé sur notre propre culture et sur celle des autres pays, de s’échanger des connaissances, de développer des compétences personnelles fondées sur la créativité et l’expérimentation de pratiques qui favorisent le désir d’apprendre, la curiosité intellectuelle, l’ouverture aux diversités culturelles, la prise de conscience de la richesse et de la variété du patrimoine culturel européen.

Quelle contribution apporte l’Université populaire « la Sorgiva » au projet ?

Notre bleu est celui des eaux et des cieux, ce qui caractérise le mieux notre zone géographique parcourue par le grand fleuve Pô et par ses affluents jalonnés de lacs, réchauffée par des sources thermales, comprise entre deux mers, la mer Adriatique – véritable mer d’Europe - et la mer Ligurienne - golfe des poètes.

Et nos cieux, si beaux quand ils sont beaux – sont merveilleux quand ils sont peints par Correggio, Parmigiannino, Mantegna, Giotto, sur les coupoles, sur les voûtes, sur les arches des cathédrales, des basiliques, des châteaux et des palais, orgueil de notre histoire de l’art.

Ce voyage dans le bleu sera pour nous une occasion de connaître et de faire connaître, découvrir et redécouvrir notre paysage, notre patrimoine historique, artistique et culturel et de l’harmoniser avec le très riche et multiforme patrimoine européen.

Le bleu de la vallée du Pô s’entrelace ainsi avec les variations en bleu des partenaires : un « fil bleu » lie les azulejos de Faro dans le sud du Portugal aux céramiques mudejars de Grenade, au bleu royal de St Germain en Laye, près de Paris, au bleu « intense jusqu’au désespoir » des mosaïques byzantines de Ravenne, aux terres cuites de Della Robbia de San Quirico d’Orcia, aux majestueuses fresques des antiques monastères roumains.

La couleur bleue n’est pas vraiment un simple phénomène naturel mais une construction culturelle complexe et ce projet nous permet de chercher à connaître ses différentes expressions : son histoire, dans l’art, dans la religion ; sa valeur symbolique, économique, littéraire, scientifique ; son rôle dans la vie quotidienne ; rechercher comment elle a influencé l’environnement, les comportements, le langage, les mœurs, l’imaginaire.

Pour « la Sorgiva » l’adhésion à ce projet ne représente pas un exercice artificiel étranger à son identité, mais elle est plutôt l’expression de sa raison d’être : un apprentissage tout au long de la vie est notre mission, c’est-à-dire un enrichissement continu de connaissances et de compétences pour que l’avancement en âge ne représente pas un trop grand risque de marginalisation sociale. A tous les âges, il faut se donner les occasions pour réfléchir, acquérir les instruments adaptés à la communication, se confronter aux autres, se construire des opinions, être des citadins conscients, actifs, qui participent… qui dérangent même peut être ?

Bah ! la démocratie a aussi besoin de nous.

Une ultérieure authentique motivation à notre adhésion convaincue à un projet européen s’est de plus en plus enracinée en ces temps si turbulents qui courent. La profonde prise de conscience d’une Europe qui semble vouloir se désagréger, qui semble ne pas vouloir ou ne pas pouvoir trouver de stratégies et de solutions communes aux problèmes qui l’assiègent, qui nous assiègent, en face d’une Europe que trop d’égoïsmes veulent diviser, en face d’une Europe qui a peur, nous, nous continuons à croire en l’engagement de la culture : intelligence, créativité, confiance réciproque, échange de connaissances, contre le radicalisme borné, la violence bestiale, les tentations régressives.

Dans une Europe que nous aimons, nous, citoyens privilégiés d’Erasmus +, nous reconnaissons les bénéfices du travail accompli ensemble sur des objectifs communs, en toute confiance et dans l’amitié, et nous voulons les partager avec les autres, beaucoup d’autres, autant qu’il est possible.

Nous remercions Monsieur le Maire, l’Administration communale pour nous avoir soutenus dans notre engagement et pour le partager ; nous remercions les associations culturelles de leur présence parmi nous aujourd’hui, nous souhaitons une chaleureuse bienvenue à nos partenaires qui nous ont rejoint des quatre points cardinaux, avec tous les moyens de transport possibles. Un grand merci à tous.

Avant de donner le feu vert au concert de chansons du monde avec lequel nous désirons rendre hommage à nos partenaires - Johnny et Adelmo, guitares vagabondes devront patienter encore un peu - nous voulons montrer à nos invités locaux un bleu un peu spécial : un tapis bleu…. et aussi un morceau de tapis-jardin, fruits laborieux de deux projets précédents dont Aline Rutily, notre coordinatrice bien-aimée et estimée est à l’origine.

Si elle le veut, l’année prochaine Aline exposera dans cette salle son tapis bleu aux roses, invitée par le « Cinefotoclub » de Montecchio, à l’occasion de la semaine de la photographie européenne et, à cette occasion, elle dévoilera le sens du tapis dans l’histoire, dans la culture, dans l’imaginaire commun et dans son propre imaginaire d’artiste.


Naire Boniburini , présidente de l’Université Populaire La Sorgiva, Montecchio Emilia, IT

Commentaires
    Il n'y a pas de commentaires.

Modération du forum

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Réalisation : Spip par Octavo