Pays partenaires :

accueil site > Partenariats Erasmus+ > Les chemins du bleu en Europe > Histoires Bleues > Le charme du bleu outremer dans les peintures de la Chapelle del Manto de (...)

Le charme du bleu outremer dans les peintures de la Chapelle del Manto de Santa Maria della Scala
mardi 20 juin 2017
Version imprimable de cet article Version imprimable

JPEG - 222.2 ko

Nous étions en 1453 et Iachomo avait voyagé pendant des jours sur des routes blanches, s’arrêtant de temps en temps dans les postes qu’il rencontrait le long de la Via Francigena. Il avait l’impression que le voyage ne finirait pas. Sa plus grande attente était d’arriver à Rome, même si la description de Sienne que les trois frères franciscains avaient rencontrée lors d’une nuit orageuse à le Spedale di Barberino Val d’Elsa l’avait tellement intrigué qu’il avait décidé de s’arrêter dans la ville de la Vierge.

Iachomo réalisa qu’il était arrivé à Sienne après avoir passé l’étrange colonne dont lui avaient parlé les trois frères. C’était le lieu où, un an plus tôt, le 4 février 1452, Frédéric III de Habsbourg rencontra Eleonora du Portugal. En présence de l’évêque de Sienne, Enea Silvio Piccolomini.
Dès les premiers pas, Iachomo a été attiré par les couleurs de la ville, c’était le printemps et le vert vif des jardins et des vergers contrastait avec le rouge des briques de l’enceinte fortifiée. Les pansements colorés des bâtiments produisaient un sentiment de vitalité, le même qu’on pouvait respirér par la Piazza del Campo avec les vendeurs de rue qui promouvaient leurs produits. La dernière partie de l’itinéraire était particulièrement fatigante, la faim commençait à se faire sentir, mais la vue de la façade de la cathédrale de Santa Maria Assunta mettait fin à toutes les souffrances.
Les extraordinaires statues de marbre sculptées par Giovanni Pisano représentant Sybils, prophètes et philosophes de l’Antiquité, semblaient s’animer sous les yeux de ceux qui étaient présents, mais l’attention de Iachomo se tourna de nouveau vers les couleurs du marbre de la façade : le marbre blanc veiné du Montagnola , le serpentin de Crevole et le calcaire rouge à l’ammonite de Gerfalco. Iachomo resta pendant des heures à admirer la splendeur de ces pierres, jusqu’à ce que le silence soit dérangé par le bruit de la foule. C’était les pauvres de la ville qu’ils pouvaient entrer une fois par semaine dans le Spedale Santa Maria della Scala pour recevoir de la nourriture et des vêtements.

JPEG - 196.9 ko

La façade de l’hôpital était également colorée, recouverte de fresques avec les Histoires de la Vierge peintes par Simone Martini et Ambrogio Lorenzetti, deux peintres siennois du début du XIVe siècle dont la renommée avait traversé les murs de Sienne, allant même jusqu’en France. Iachomo n’a pas eu le temps d’observer ces peintures que la foule portait à l’intérieur du Pellegrinaio, une grande salle voûtée ornée de scènes relatant la vie quotidienne de l’Hôpital, des soins aux malades à la distribution des aumônes, de la réception du orphelins à leur éducation.
Iachomo fut abasourdi par la flambée de couleurs des fresques et fut obligé de chercher un endroit isolé où il pourrait se reposer. Il trouva le calme dans la Cappella del Manto, près du Pellegrinaio. Les tons dominants du bleu du plafond ont contribué à créer une atmosphère de calme et de tranquillité intime. Deux pèlerins ont contemplé la voûte étoilée comme un appel à l’infini, au ciel. L’outremer était la couleur préférée de Iachomo, il l’avait vue pour la première fois aux vitraux de Chartres, avant de partir pour le pèlerinage sur la Via Francigena et il en était tombé amoureux. Après tout, à cette époque. le bleu obtenu avec du précieux lapislazuli ou de la poudre d’azurite était particulièrement à la mode, associé à la sagesse divine, à la fidélité et synonyme de royauté. Iachomo, captivé par une telle splendeur, n’avait pas remarqué la belle Vierge ornée de fresques sur le mur du fond.

JPEG - 337.9 ko

C’était l’une des nombreuses représentations de la Vierge protectrice de Sienne invoquée par les citoyens en période de difficulté. Celui de la Cappella del Manto a été peint par Domenico di Bartolo en 1444. Sa robe était bleue, ornée de broderies dorées sur les bords. La même couleur était également le manteau qui, soutenu par des anges, abritait des fidèles agenouillés et des religieux.
Iachomo était troublé par une telle beauté, il voulait retranscrire ses émotions en peinture, mais il n’avait jamais touché à l’art et connaissait même l’origine de ces couleurs magnifiques. À ce moment-là, il passait dans la chapelle Lorenzo di Pietro, peintre que tous appelaient le Vecchietta et qui, quelques années auparavant, était le maître du grand cycle pictural du Pellegrinaio. Iachomo saisit l’occasion à la volée et lui demanda plus d’informations sur la couleur bleue qui le fascinait plus que les autres. Les pigments bleus étaient essentiellement deux : l’outre-mer, le plus précieux, obtenu à partir de minéraux de lapis-lazuli d’Afghanistan, et l’azurite, un produit moins cher, obtenu à partir d’un carbonate de cuivre de base extrait en Europe. Le peintre, honoré de recevoir les questions du pèlerin, a même récité un passage d’un livre de recettes médiéval très ancien : "Azzurro oltremarino est une couleur noble, belle, très parfaite en plus de toutes les couleurs ; dont il ne pouvait ni dire ni faire ce qui n’est plus là. Et de cette couleur, avec or ensemble, ou vous voulez dans le mur, ou vous voulez à la table, tout brille. "

JPEG - 155 ko

Iachomo était tellement attiré par ces histoires qu’il voulait écouter la Vecchietta pendant des heures, mais lorsqu’il réalisa que ces couleurs étaient trop chères pour ses poches, il décida d’abandonner la peinture, prit un stylo et un encrier et préféra décrire poésie la profondeur du bleu peint dans les plafonds de la Santa Maria della Scala. Le séjour à Sienne avait duré trop longtemps, il faisait noir dehors et il aurait été préférable de dormir. San Quirico d’Orcia, à 42 km, était le prochain arrêt. Il ne pouvait être atteint qu’après un bon repos.
Irene Sbrilli, Fondazione Alessandro Tagliolini, San Quirico d’Orcia, IT

Commentaires
    Il n'y a pas de commentaires.

Modération du forum

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)